Dame Nature se déchaine

Dame Nature s’est déchaînée au Québec samedi le 21 mai dernier — orages violents et mini-tornades (« derecho ») [*]. L’une d’elle a frôlé la maison, soufflant et déracinant sur son passage 2 pins centenaires. Ils se sont abattus sous nos fenêtres. Elle a continué sa vrille démentielle, arrachant et abattant au sol d’autres arbres du voisinage … Lire la suite de Dame Nature se déchaine

Découvrez le nouveau numéro de la revue Ressacs !

Joie de faire partie de la cohorte (voir en pp. 27-28)
Bravo à tous… dont Barbara Auzou et Susy Desrosiers! 🙏🏻🌺

AFROpoésie

Géry Lamarre

Découvrez le nouveau numéro de cette revue sénégalaise après… cinq mois d’absence !

Pour y accéder, cliquez ICI.

Bonne lecture !

Voir l’article original

Consumée

Cette nouvelle en prose poétique a été récompensée du Prix Paulette-Chevrier 2021.
Une histoire qui parle de courage, d’appel à la vie…

Revue Zeugme

par Geneviève Catta

Consumée est seule
_______________ elle marche
_______________ elle compte
__________________________ les trous d’homme les cannelures dans les trottoirs

ses dents claquent fort
__________________ si fort

elle serre ses mâchoires à deux mains
s’agrippe à elle-même

____________ elle marche
_____________________ dans la rumeur
_____________________ dans le grondement

– sang plein le corps qui lui broie les tempes, sans frénésie mais fort, si fort –

son poste de manutentionnaire a été aboli
l’usine a réorganisé les effectifs

fini les journées entières
___________ _ à se tenir debout
___________ _ à s’engloutir la tête dans le ronron du convoyeur
___________ _ à ficeler des lots à répétition

le bras droit qui trie
le bras gauche qui rabat
le bassin qui bascule afin d’engager les deux mains
qui saisissent dix culottes de couleurs et de tailles identiques

comment tu peux nous faire ça a hurlé Henri quand il a su
comment…

Voir l’article original 154 autres mots

Résultat – Concours pour l’attribution de la revue Cairns numéro 30 l’éphémère de Patrick Joquel

Christophe Condello

Bonjour,

après plusieurs lectures des 53 poèmes que j’ai reçu de partout dans le monde (un sincère merci à toutes et tous pour cette très belle participation), j’ai sélectionné pour un deuxième tour 9 poèmes, tous de très bonne facture, qui méritaient éventuellement de gagner.

Au final, j’ai déterminé un vainqueur et quatre poèmes dignes de mention.

Voilà les résultats:

Prix Concours pour l’attribution de la revue Cairns numéro 30 l’éphémèreva à Geneviève Catta pour Un orage fauve:

Un orage fauve

vient de la rivière

rien qui pèse ou qui pose

mais assez pour dire l’effroi

comme l’écume

nous serions pareils à ma porte, n’est-ce pas

déjà trop ouverte

tant de branches et de racines

oublier ses délires

(je les ai lâchés pour jamais)

AvecUn orage fauve, Geneviève Catta réussit en quelques mots félins à apposer sa griffe.

La poète puise avec talent dans son milieu…

Voir l’article original 304 autres mots