Comme le matin l’eau

suite en vers libre

… … … …

Photo de Alan Cabello sur Pexels.com

… … … …

je n’ai pas grandi
près du corps
espace défait
une ascèse
par défaut
à cause de la voix de plomb
cassure d’épaules
peaux excédées excédantes
de voies divines
ça m’a brûlé les cordes
mais les hommes sont venus
leurs tempos de reins
m’ont donné du chant
des saisons
une maison d’étain

j’écris tout
parce que j’ai grandi
avec non
(dire oui c’est comment)
même si la vie me dévore
comme le matin l’eau
toi qui cours ma chevelure
à morsure de soleil
si fort
et libre entre mes jambes
un je t’aime
contre un petit oui
si fort 
que les fées féroces
claquent la porte

— ce n’est jamais délicat la nudité d’un son

… … … …


PUBLICATIONS

13 réflexions sur “Comme le matin l’eau

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s