Je me souviens de toi

suite en vers libre

… … … …

le plaisir par le corps
il avait surgi
avec les joncs emmêlés à la fenêtre
les rêves au jour des lucioles
les filantes grimpant le saule
et les merles
ils se multipliaient dans leurs volières ivres
et le dôme du ciel
il était devenu inexpliqué inexplicable
je n’y voyais plus
les yeux grands j’étais aveugle
mes jambes
ton sexe
mes seins
ta bouche
première fois
c’était ma première fois
et mon ventre apprenait la cadence des heures
ce qu’on est
ce qu’on devient
quand la peau vous pulse par en-dedans
et que vos reins crient des sabots de soleil
à partir dans l’étrange métamorphose

— petite chose immense

… … … …

NDLR (Vève): « dans l’étrange métamorphose » = emprunt à Marguerite Yourcenar

Henri Matisse
« Nu Bleu », lithographie sur vélin, 1952.

… … … …

PUBLICATIONS

12 réflexions sur “Je me souviens de toi

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s