Robe de fougères

suite en vers libre

… … … …

Descends vite
de ta nuit captive et
dis-moi tes jalousies
tes affronts d’écoute
sinon le monde
éclatera sur sa monture noire

Je sais ton socle d’étoiles
ta langue de ruminations
si fragile
sous l’encre relâchée
soufflant entre les doigts
l'haleine des couleurs

Ta voix gémit le silence
du retour
Os, pas, champs, désirs
Des ombres
lancées au lasso
sur ma robe de fougères

Tu n’y toucheras
que si le torrent
ravive la marque du jour
et nous dévoile
l’odeur des orangers et
son vertige possible

Le feu
qui toujours fait le matin
nous laissera suivre sa trace et
accordera nos visages
à ses lumières:
la sève est impérieuse.

… … … …
Crédit photo: Thierry Mathiasin, peintre et poète guadeloupéen.

PUBLICATIONS

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s