Lent souvenir

poème en vers libre


Crédit photo: Julia Volk sur Pexels.com
les pas de ma mère
tanguent dans l’ivoire
de mon souvenir
au tempo du dehors
celui d’un ruisseau
qui déferle
son printemps
d’orage blanc
et de noeuds
soudain là
comme l’amour
d’une vie
de ciel
aux reflets
de terre bleue

Maman et moi, 1964.


NDLR (Vève): les mots « terre bleue » sont un emprunt au poète Paul Éluard (1895-1952).

6 réflexions sur “Lent souvenir

  1. Votre poème est très beau , Geneviève. Il fait écho à mes pensées dans Êtres de Solitude, poèmes écrits pour ma mère, 1919.
    Epure du poème qui dit le sentiment.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Marie Gillet Annuler la réponse

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s