Consumée

microfiction

Consumée est seule, elle marche et elle compte les trous d’homme, les cannelures dans les trottoirs mais ses dents claquent fort, si fort qu’elle serre ses mâchoires à deux mains et ainsi agrippée à elle-même elle marche dans la rumeur et le grondement – sang plein le corps qui lui broie les tempes, sans frénésie mais fort, si fort –, son poste de manutentionnaire a été aboli, Laon & Cie a réorganisé les effectifs, fini les journées entières à se tenir debout, à s’engloutir la tête dans le ronron du convoyeur, le bras droit qui trie, le bras gauche qui rabat, le bassin qui bascule afin d’engager les deux mains qui saisissent dix culottes de couleurs et de tailles identiques, à ficeler des lots à répétition, comment tu peux nous faire ça a hurlé Henri quand il a appris, comment on va faire a-t-il hurlé, qu’est-ce qu’on va devenir a-t-il hurlé, Consumée a tiré avec dépit sur sa cigarette, sans voir elle a envoyé le mégot d’une pichenette, elle s’active, Henri peu, elle peut travailler, lui refuse, elle sourit, lui peu, elle cuisine, lui peu, t’es nulle a-t-il soudain gueulé devant sa sansevière embrasée à cause du mégot et qui flambait, va-t’en a-t-il vociféré, va-t’en va-t’en, vingt-trois fois a compté Consumée jusqu’à décider à la vingt-quatrième de le quitter et de sortir sans rien d’autre qu’elle-même et de partir, de partir vraiment et de marcher jusqu’à ce que l’envie d’aller voir la vie ailleurs lui vienne que déjà elle claque moins des dents, marcher assainit, ses tremblements ont cessé, marcher lessive la blessure, ne te brûle pas toi aussi lui a dit son amie qui l’attend chez elle que déjà un passant ralentit à sa hauteur et qu’elle embarque dans le champ de son ombre.


Crédit photo: JB Street Photographer, Longueuil, Québec © 2020. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

NDLR Vève: cette création a été retenue pour publication dans la revue « Le passeur » de la Fédération québécoise du loisir littéraire. Pour la lire sous forme de poésie (vers libre), c’est ici.

Mise en voix de « Consumée » par Nicolas Granier, auteur-compositeur-interprète (à écouter à 1m56s).

9 commentaires sur “Consumée

  1. La lecture est essoufflante et nous donne la mesure de la tragédie. Tout un exploit que celui d’une seule phrase. Et j’avoue que je ne connaissais pas la sansevière !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s